Les Reds se déplacent à Porto ce mercredi en huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions. L'occasion pour nous de revenir sur l'histoire du club en coupe d'Europe avec un ancien adverse, Jean Michel Larqué.

En Europe, les Reds sont capables de tout. Jean Michel Larqué le sait, lui qui était capitaine de Saint-Etienne quand les Verts ont craqué à Anfield un soir de mars 1977, en quart de finale de la Coupe d'Europe des clubs Champions (3-1). Avant le match aller des huitièmes de finale contre Port, mercredi, nous avons retrouvé l'ancien international français pour une interview souvenir.

M. Larqué, racontez nous ce quart de finale retour de Coupe d'Europe des clubs Champions en mars 77, à Anfield...
"On affronte à cet époque un grand Liverpool, qui est sur la pente ascendante. De notre côté, ce quart de finale marque peut-être la fin d'un cycle, après une demie et une finale les deux années précédentes. Sur ce match en particulier, Liverpool ouvre le score de manière un peu chanceuse avec un centre-tir de Keegan. Il la raterait 99 fois sur 100, et contre nous, c'est rentré dans la lucarne ! Je retiens aussi qu'en deuxième période, on prend les deux buts en contre. Dans l'ensemble, les deux équipes étaient très proches l'une de l'autre et on a des regrets à la fin du match. Mais les Reds avaient le Kop, les chants, l'ambiance avec eux. Et pourtant nous avions nous même un chaudron et une ambiance, à domicile en Coupe d'Europe, qui n'avait rien à envier à personne."

LFCTV GO : Le résumé du mythique LFC-Saint-Etienne de 77 

Cette victoire contre vous est-elle un moment charnière pour le club de Liverpool à cette époque ?
"J'ai été surpris de voir que l'on en a beaucoup parlé après, car le club a connu beaucoup de soirées de cette teneur. Mais je crois que c'était une soirée à part."

En tant que commentateur, vous êtes retournés à Anfield après ce match. Qu'est ce que ce stade représente pour vous ?
"C'est le stade que l'on a dans la tête quand on pense 'stade anglais'. Si je devais en dessiner un aujourd'hui, ce serait Anfield. Le stade est en ville, avec des maisons aux briques rouges tout autour. Il n'a rien de vraiment remarquable de dehors, et il ne serait pas conçu comme cela aujourd'hui par un architecte, mais il a une âme."

Que pensez-vous des Reds aujourd'hui ? 
"Je pensais honnêtement que Klopp tatonnerait moins, après l'avoir vu faire des choses incroyables à Dortmund. Et c'est peut-être au moment où on s'y attend le moins que Liverpool semble redresser la tête. Cette équipe possède d'évidentes qualités sur le plan offensif, même si elle reste fragile défensivement. Mais on ne peut pas nier qu'à Liverpool, il y a du spectacle."

Les Reds sont-ils favoris contre Porto ?
"Oui, sans aucun doute. Le FC Porto n'est plus au niveau qu'il était, même si ce club est toujours très bien géré. Ils parviennent toujours à reformer une belle équipe malgré les départs de leurs joueurs clé. Mais Liverpool est en confiance, avec de bons résultats ces derniers temps."

Jean Michel Larqué et Emlyn Hughes avant le coup d'envoi du match aller ASSE-LFC